Sélectionner des vignes qui transpirent moins la nuit

Sélectionner des vignes qui transpirent moins la nuit

Sélectionner des vignes qui transpirent moins la nuit

Parution d'un article dans la Revue des Œnologues

Des cépages économes en eau seraient un sérieux atout pour faire face aux épisodes de sécheresse et aux besoins en eau qui augmentent avec le changement climatique. Mais difficile de réduire l’utilisation d’eau (la transpiration) par les plantes sans pénaliser leur croissance. En effet la vigne, comme les autres cultures, doit absorber le CO2 atmosphérique pour alimenter le processus de photosynthèse. Cette absorption a lieu à la surface des feuilles à travers de minuscules pores appelés stomates qui sont responsables également des pertes d’eau par transpiration. Dès lors, comment concilier croissance performante et économie d’eau ? Notre équipe s’est intéressée à la transpiration durant la nuit quand la photosynthèse est stoppée et que l’entrée du CO2 par les stomates devient inutile. En passant au crible quelque 200 descendants d’un croisement entre Syrah et Grenache, nous avons mis en évidence que les stomates ne se fermaient pas totalement la nuit, générant des pertes d’eau non négligeables par transpiration allant du simple au double entre les descendants. Nous avons identifié des régions du génome associées à une faible transpiration nocturne et sans préjudice sur la croissance, ouvrant la voie à la sélection de variétés économes en eau et productives.

Article paru dans la Revue des Œnologues (n°172, juillet 2019)

Référence :

Pantin F, Coupel-Ledru A, Westgeest AJ, Simonneau T (2019)  Adaptation au changement climatique Sélectionner des vignes qui transpirent moins la nuit. Revue des Œnologues 172: 15–18.

Date de modification : 17 juillet 2023 | Date de création : 01 juillet 2020 | Rédaction : Aurélien Ausset